Experts marocains: la crise avec l’Algérie ne mènera pas à la rupture diplomatique

2-155-745x400.jpg

   RABAD  Mohamed   Tahiri : Marocains a exclu la possibilité de « détérioration » des experts marocains – relations        algériennes, à l’ boycott diplomatique, après avoir appelé Algérie l » ambassadeur à Rabat a pour protester contre ce qu’il considère, dans une décision intrusive marocaine de couper les relations diplomatiques avec l’ Iran.

Mercredi, l’Algérie a convoqué l’ambassadeur marocain au Maroc pour protester contre les propos tenus par le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bureita, la veille, dans lesquels il a annoncé la rupture des liens de son pays avec Téhéran.

Boureita a indiqué que Rabat avait des informations selon lesquelles des diplomates de l’ambassade iranienne en Algérie ont facilité la réunion des dirigeants du Hezbollah, les deux dirigeants du Front Polisario soutenus par le Liban.

Le Maroc affirme que l’Iran a fourni au Hezbollah un soutien et une formation militaire au Polisario, qui lutte contre la souveraineté sur le Sahara.

Le ministère algérien des Affaires étrangères a informé l’ambassadeur marocain qu’il avait “rejeté les déclarations totalement infondées des autorités algériennes qui ont été implicitement transmises à l’Algérie et faites par le ministre des Affaires étrangères de son pays à l’occasion de son annonce de rupture des relations diplomatiques entre le Royaume et l’Iran”.

Après avoir appelé l’Algérie, l’ambassadeur du Maroc a, Rabat exprimé « regret » ce qu’il a appelé une « position ferme d’hostilité par l’Algérie voisine », a déclaré communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères, il a dit que malgré la situation algérienne, le « royaume reste déterminée à maintenir des liens étroits avec le peuple frère algérien et continuera à Travailler au développement des relations bilatérales sur la base du bon voisinage et du respect mutuel “.

Phase transitoire

Taj al-Din al-Husseini, professeur de relations internationales à l’Université Mohammed V (gouvernement) à Rabat, a déclaré que, malgré l’absence de référence Maroc explicitement à l’Algérie dans sa décision de rompre les relations diplomatiques avec l’Iran, ce signal « entre les lignes très clairement », soulignant que le Maroc est toujours Que l’Algérie est celle qui embrasse le “Polisario” sur son territoire, qui est financé et armé, et le considère même comme un porte-parole dans les forums diplomatiques.

Il a dit que selon la position marocaine, « la responsabilité de l’Algérie est clairement visible », au motif que la réalité du Hezbollah « a eu lieu sur le territoire algérien, où l’ambassade d’Iran, et où un diplomate iranien en charge du processus de liaison entre le Polisario et le Hezbollah, y compris des exercices qui ont été organisés et des armes livrées. »

Il a dit Husseini d’appeler Algérie ambassadeur du Maroc a, pour protester, est « le comportement d’usage dans les normes diplomatiques quand il y avait une sorte d’inquiétude parmi les autres pays », soulignant que cela ne conduit pas à une « détérioration » des relations entre les deux pays, conduisant la finalité diplomatique.

Il a dit que le Maroc dans ses relations avec l’Algérie « établit une distinction entre les symboles du régime et les militaires d’une part et le peuple algérien sur l’autre. »

Il a ajouté que Rabat a pris « une décision ferme » à cet égard, ce qui induit l’absence de détérioration des relations entre les deux parties, quelles que soient les raisons, et démontre Husseini que la présence continue de l’ambassade du Maroc en Algérie et de l’Algérie au Maroc, et « Le Maroc exprime son intention d’améliorer les relations avec l’Algérie Raeia Hassan Bonnes et futures relations entre les deux peuples “.

Il a dit que le Maroc considère que « ce stade où le président algérien souffre d’une situation sanitaire critique et prendre la prise de décision militaire, est une phase de passage dans la vie du peuple algérien, il est utile de relations entre les deux peuples, de ne pas dégénérer au détriment de l’avenir de ces relations et de fraternité entre les peuples marocain et algérien » .

Les canaux continuent malgré la crise

À son tour, Khaled Xiat, professeur de relations internationales à l’Université Mohammed at-il dit (gouvernement) Oujda (est / à la frontière avec l’Algérie), le Maroc et l’Algérie « connaissent bien Dahma, et savent qu’ils sont dans un conflit et conflit sur le Sahara, mais en dépit de tous les développements qui se sont produits ces derniers jours, il est Il y a des indications que la relation entre eux pourrait être brisée. “

Malgré une «véritable crise entre le Maroc et l’Algérie, les relations diplomatiques ont été coupées, bien que les frontières terrestres aient été fermées depuis plus de 24 ans», a-t-il déclaré.

“Malgré le soutien direct et massif de l’Algérie au Polisario en matière d’armement, de terrain, de logistique, de stratégie et de diplomatie, le Maroc estime qu’il vaut mieux avoir une sorte de communication diplomatique”, a-t-il déclaré.

Il a souligné que le Maroc “souhaite maintenir des canaux de communication, car il a une véritable crise avec l’Algérie”, notant que Rabat “considère l’Algérie en tout cas comme un pays voisin et frère, et que c’est l’origine malgré les différences persistantes”.

“Sur le plan diplomatique, je n’ai aucune raison ni aucune indication que les relations entre le Maroc et l’Algérie puissent être coupées, du moins du point de vue marocain.”

Les débats politiques ne reflètent pas le désir des deux peuples

En revanche, Abdul Rahim Alam, professeur de science politique voit l’Université Cadi Ayyad (gouvernement) à Marrakech (centre), que l’Algérie aujourd’hui « se sentir après la décision du Maroc (liens coupés avec l’Iran) que Rabat a des comptes avec les parties et que vous voulez Tsfiha sur la scène algérienne. »

Il a déclaré que l’Algérie “était embarrassée parce qu’elle semblait ouvrir son territoire à des partis étrangers contre d’autres, ce qui les mettait dans une position de faiblesse, et les dépeignait comme un pays incapable de contrôler la souveraineté territoriale”.

Il a souligné que le Maroc a montré une compréhension de l’ordre, il ne semble pas prêt à tomber dans les erreurs déjà eu lieu dans l’histoire des relations avec l’Algérie, les relations transversales avec la fermeture de la frontière entre les deux pays.

Al-Alam a souligné que le Maroc “souhaite entretenir des relations avec l’Algérie et souhaite les développer, car il est dans son intérêt d’atteindre le stade de la rupture finale avec eux”.

Il justifie cela en disant « Le Maroc a une terre de port frontière est une région Alkirkarat (désert de la province), les problèmes connus, tant que le Maroc est l’informer de rouvrir la frontière avec l’Algérie afin d’ouvrir aux pays africains à travers les frontières terrestres. »

Il a dit que l’Algérie a convoqué l’ambassadeur du Maroc doit montrer qu’il « Mtmaheh » avec la position iranienne, et que « sa position non seulement parce qu’elle se sentait gênée, mais qui veulent se tenir en solidarité avec l’Iran et de montrer le genre d’amitié et de soutien à la position de Téhéran », at-il dit.

L’avis du chercheur marocain, ce qu’il a décrit comme « sparring » entre l’Algérie et le Maroc « ne sera pas atteindre le stade de rupture parce que l’Algérie n’a pas expulsé l’ambassadeur du Maroc, mais a été convoqué pour protester, le Maroc n’a pas répondu de la même », ajoutant que cela indique que les relations ne seront pas atteindre le stade de rupture.

Il a dit que la rupture des relations ne sert ni l’Algérie ni le Maroc, car “l’évasion signifie une confrontation directe qui pourrait se transformer en soutien direct (par l’Algérie) au Polisario”.

Il a ajouté que la décision du Maroc dernier « guides Iran et ses alliés sur un plateau d’or au le Polisario », alors Maroc « ne publie aussi des guides » Algérie elle avec elle à la rupture de la scène, parce que ce est – ce que vous voulez que le « Polisario », qui veut au Maroc et en Algérie entre dans la pause Final

Il a dit que « ce qui est interdit dans cette brouille est étroite entre les Algériens et les relations maroco quel que soit les systèmes politiques », soulignant que « la réalité du débat fondé sur le plan politique, ne reflète pas des liens très étroits entre le peuple marocain et algérien. »

Histoire de tension

Et il a passé les relations algéro Amorah- histoire de tensions dans la plupart des stations, notamment en Octobre / Octobre 1963, puis a signé un différend frontalier entre les deux pays a conduit à l’éclatement des affrontements militaires entre les appelés la « guerre de sable. »

En Mars / Mars 1976 Maroc a rompu ses relations en Algérie, dans le contexte du récent soutien du Front « Polisario », après un mois de déclaration « Polisario » de la « République arabe sahraouie », d’une partie.

En 1994, l’Algérie a fermé sa frontière avec le Maroc en réponse à l’imposition d’un visa à ses ressortissants et a accusé l’Algérie d’être impliquée dans des attentats à la bombe dans un hôtel de la ville marocaine de Marrakech.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a envoyé en mai / mai 2004 Lettre à Mohamed Abdelaziz, chef du Polisario, qu’il a exprimé le soutien de son pays à la question du Sahara, le Maroc est contenu dans le Septembre / Septembre de la même année par l’envoi d’une note explicative des Nations Unies, expliquant la responsabilité de l’Algérie dans le conflit.

Le 22 Avril / Avril de l’année dernière, le Maroc a appelé l’ambassadeur d’Algérie a, d’exprimer sa « grave préoccupation » au sujet de la situation syrienne déplacée à la frontière avec l’Algérie, qui se sont réunis un jour après convoqué l’ambassadeur Algérie marocaine doit l’informer de son rejet catégorique de ce qu’il appelle « fausses allégations » Ce qui a été dirigé par le Maroc vers son voisin de l’Est en tentant d’expulser les ressortissants syriens vers le territoire du Royaume.

Cependant, selon les observateurs, le différend entre le Maroc et le “Polisario” sur la question du Sahara est l’essence de la tension qui pèse depuis des décennies sur les relations entre les deux pays.

Le conflit du Sahara en 1975, après la fin de l’occupation espagnole et sa présence dans la région, pour mettre le différend entre le Maroc et « Polisario » à un conflit armé, a continué jusqu’en 1991, ont signé un accord pour un cessez-le-feu.

Le Polisario réclame un référendum d’autodétermination, une proposition soutenue par l’Algérie, qui héberge des dizaines de milliers de réfugiés de la région depuis plus de 40 ans. (Anatolie)

Reklamlar

Bir Cevap Yazın

Aşağıya bilgilerinizi girin veya oturum açmak için bir simgeye tıklayın:

WordPress.com Logosu

WordPress.com hesabınızı kullanarak yorum yapıyorsunuz. Çıkış  Yap /  Değiştir )

Google+ fotoğrafı

Google+ hesabınızı kullanarak yorum yapıyorsunuz. Çıkış  Yap /  Değiştir )

Twitter resmi

Twitter hesabınızı kullanarak yorum yapıyorsunuz. Çıkış  Yap /  Değiştir )

Facebook fotoğrafı

Facebook hesabınızı kullanarak yorum yapıyorsunuz. Çıkış  Yap /  Değiştir )

Connecting to %s